Interview-Depuis Abraco : Mel Gérard (fils du village) parle de l’acacia mangium, une merveille pour lutter contre l’érosion des sols

Interview-Depuis Abraco : Mel Gérard (fils du village) parle de l’acacia mangium, une merveille pour lutter contre l’érosion des sols

Dans le cadre du projet de faire d’Abraco, village situé dans la préfecture de Jacqueville, un site touristique, l’ECO-CI en partenariat avec femmeinfos.ci a fait une visite des lieux le 26 janvier 2019. A cette occasion, Mel Gérard, fils du village a accordé un entretien à nos journalistes. Il a exposé l’importance de l’acacia mangium, un arbre qui permet, entre autres, de lutter contre la dégradation des terres.

POURQUOI AVEZ-VOUS PLANTE CES ARBRES DANS UNE PARTIE DE VOTRE VILLAGE ?

Nous avons voulu à un moment donné apporter une réponse au problème de la dégradation des terres cultivables dont nos parents au village sont confrontés depuis quelques temps du fait de longues années de culture intensive de manioc. C’était donc une zone où il y avait des champs de manioc mais comme vous pouvez le constater qui n’existent plus. Nous avons voulu également faire une action en faveur de la protection et la préservation de l’environnement par le développement de l’écotourisme. Enfin, nous voulions faire du reboisement pour répondre au besoin de bois de chauffe dont nos parents sont également confrontés. Cette plantation d’acacia mangium est donc un projet pilote dont le triple objectif est de restaurer les terres cultivables dégradées du fait de la culture du manioc, la reforestation et le développement de l’ecotourisme local. C’est un projet qui a 4 ans d’existence.  Pour l’heure il nous sert de site de repos et de détente

EST-CE UN PROJET FAIT EN COLLABORATION AVEC LA SODEFOR ?

Ce projet est une idée et une conception de l’AJA (Association des Jeunes d’Abraco). Il a été réalisé par l’Association sous l’encadrement de l’UFEMCI grâce au financement d’un bailleur de fonds.

ÊTES-VOUS SATISFAIT DE CE PROJET ?

Oui tout à fait ce projet est une réussite. Car avant ce projet, C’était un site non exploité et il n’y avait pas d’arbre. A une époque lointaine, il y avait des champs de manioc mais plus personne n’y cultive plus rien parce que la terre ne produit plus. Et donc pour restaurer les terres et permettre à ces populations d’avoir des revenus parce qu’elles vivent de l’agriculture, nous avons pensé ce projet qui a été sur environ 1 hectare et demi. Comme nous l’avons dit c’est une phase pilote, il nous faudra donc l’étendre. Apres environ quatre ans, une zone de foret est créée et il constitue en même temps un site de détente où viennent se ressourcer nos visiteurs.

UN APPEL AU GOUVERNEMENT OU AUX AUTRES ONG !

Nous voulons avant tout exprimer notre reconnaissance et notre gratitude à nos différents partenaires qui nous ont permis de réaliser ce projet de grande portée. Nous voulons promouvoir le tourisme local, c’est là notre intérêt et nous voulons faire en sorte que ce village soit un lieu touristique et nous lançons un appel aux cadres du village a cet effet. Nous avons un atout qui est la lagune. Nous voulons tirer profit de cette richesse naturelle dont la nature nous a fait don. C’est en fait une grande piscine naturelle. Nous appelons nos frères et sœurs afin de contribuer a la réalisation de cet objectif. Nous voulons également lancer un appel aux organisations qui œuvrent pour le développement du tourisme local a cet effet. Enfin, nous demandons également l’assistance de la Sodefor et tout autre bailleur afin d’étendre ce projet sur les autres zones du village en nous fournissant les semences et l’accompagnement nécessaire pour la réalisation du projet a plus grande échelle.

Par REBECCA TRAORE

Kadja

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *