Leadership féminin-Chantal Fanny: “La femme doit retenir qu’elle est capable de tout, qu’elle soit intellectuelle, commerçante, paysanne»

Leadership féminin-Chantal Fanny: “La femme doit retenir qu’elle est capable de tout, qu’elle soit intellectuelle, commerçante, paysanne»

Le lundi 28 janvier 2019 Chantal Fanny, ambassadrice, sénatrice et maire de Kaniasso a été l’invité de  l’Union Nationale des Journaliste de Côte d’Ivoire (UNJCI) dans le cadre de sa tribune : “Les rendez-vous de la presse”. La  première édition de l’année 2019. Venue exposer et partager son expérience en sa qualité de femme leader sur le thème “ Emergence et leadership féminin”, Chantal Fanny a bien voulu se prêter à notre micro afin de répondre à nos questions.

MADAME CHANTAL FANNY, EST-CE QUE POUR VOUS, LES FEMMES ONT CONSCIENCE DE LEUR POUVOIR ?

Je pense bien que les femmes ont conscience de leur pouvoir parce qu’elles s’organisent de plus en plus. Toutes les femmes de tous les niveaux confondus s’organisent et s’imposent de nos jours. Elles assument ce qu’elles sont et veulent qu’ont les respectent pour ce qu’elles sont. Les hommes ne doivent pas avoir un regard différent vis-à-vis de la femme mais ils doivent avoir un regard d’égal à égal.

COMMENT AVEZ-VOUS RÉUSSI À IMPOSER VOTRE LEADERSHIP À KANIASSO ?

Ça été plus ou moins facile parce que mon père était maire de Kaniasso et lorsqu’il est décédé, il n’y avait pas assez de personnes et les habitants ne voyaient que moi et ma mère pour les accompagner. Donc, ils ont commencé à me connaitre par rapport aux actions que je posais et ils m’ont tous porté sans exception. Mais j’ai aussi imposé mon leadership par l’humilité, parce que lorsque vous arrivez au village, il est très bon de se mettre au niveau des parents. Ils n’ont pas  eu la chance d’aller à l’école, de connaitre le monde mais ils aiment savoir qu’on respecte ce qu’ils sont et c’est ce que je fais. On m’appelle la mère qui aime danser. Ils aiment danser moi. Je ne me prive pas, je vais danser avec eux. Lorsqu’ils font certaines activités, je le fais avec eux et ils voient l’effort. Ça ne veut pas dire que j’y arrive mais rien qu’à penser à l’effort ils estiment que si je pouvais, je ferai mieux. Et surtout être près d’eux, faire au mieux pour qu’ils soient contents. La grande majorité m’apprécie parce qu’ils estiment que je vis avec eux leur peine et leur bonheur.

QUELLES SONT VOS ACTIONS EN FAVEUR DES FEMMES ANALPHABÈTES ?

Justement pour ça nous avons créé le réseau des femmes leaders. Et ce réseau est pour les femmes de tous les niveaux. Il y’a des femmes leaders dans tous les domaines d’activité  et ce réseau accompagne toutes ces femmes. Nous avons fait un partenariat avec une ONG canadienne qui se nomme ‘‘Sasso Guesso’’. Cette ONG qui s’occupe de la promotion des femmes a décidé de nous accompagner avec l’aide de volontaires qu’ils feront venir très bientôt. Nous avons  pris des femmes leaders pas forcement intéllectuelles mais des femmes qui apportent quelque chose au pays, qui mettent de la bonne foi, de la sincérité et de la passion dans ce qu’elles font pour être des exemples à suivre.

EST-CE QU’IL Y’A UNE DIFFÉRENCE D’EXERCICE  DU POUVOIR ENTRE L’HOMME ET LA FEMME ?

Les femmes sont beaucoup plus rigoureuses, dures envers elles mêmes parce qu’elles doivent faire leur preuve et faire montre de leurs savoirs faire pour être beaucoup plus respectées parce qu’à un moment donné elles ont montrés qu’elles n’étaient pas capables auparavant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ON DIT SOUVENT QUE LA FEMME EST UNE LOUVE POUR LA FEMME. QUELS CONSEILS POUVEZ-VOUS DONNER À TOUTES CES FEMMES DÉNIGRÉES PARCE QU’ELLES ONT ÉMERGÉ DANS LEURS DOMAINES D’ACTIVITÉ ET À TOUTES LES FEMMES IVOIRIENNES ?

Il faut rester soi même parce que, plus vous évoluez, plus il y aura des gens qui vous taperont dessus. Il va falloir se construire une carapace. Aujourd’hui quand vous êtes sûre de ce que vous faites, il faut regarder de l’avant, continuer et ne pas laisser des personnes vous distraire. Il faut aller au bout de votre engagement. Ça ne sera pas facile, mais si vous êtes sûres, il faut y aller. Aussi s’entourer de bonnes personnes, des personnes qui vous aiment et vous  encouragent à aller de l’avant. La femme doit retenir qu’elle est capable de tout, qu’elle soit intellectuelle, commerçante, paysanne etc. Si seulement elle a confiance en elle et prend conscience qu’elle peut faire bouger les choses. À tous les niveaux les femmes apportent des choses. Ainsi, elles doivent être sûres d’elles-mêmes, honnêtes dans ce qu’elles font et rigoureuses parce qu’en Afrique,  on demande plus à la femme qu’à l’homme. Et donc, la femme pour prouver qu’elle existe doit être meilleure que l’homme.

Par Syntiche Kazon

Kadja

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *