Côte d’Ivoire/Exploitation frauduleuse de bois : la Sodefor lance la traque contre les scieurs clandestins dans la forêt classée de N’Guéchié

Côte d’Ivoire/Exploitation frauduleuse de bois : la Sodefor lance la traque contre les scieurs clandestins dans la forêt classée de N’Guéchié

11-03-2019 (femmeinfos.ci) Au cours d’un point de presse qu’il a animé, le samedi 9 mars 2019, le Chef de l’Unité de gestion forestière de l’Anguédédou, le Lieutenant Ouattara Ziepleu Lacina, a manifesté sa volonté de mettre fin à l’exploitation frauduleuse de bois issus du sciage à façon dans l’espace forestier dont il a la garde.

Cette volonté, selon lui, s’est d’abord traduite par une campagne de sensibilisation des populations riveraines de la forêt classé de N’Guéchié, d’une superficie de 3090 hectares très riche en peuplement de Bahia, une essence forestière de valeur qui se trouve dans les zones de mangrove. « Ensuite, la phase de répression nous a permis de mettre aux arrêts cinq scieurs clandestins que nous avons mis à la disposition des autorités judiciaires », a indiqué le Lieutenant Ouattara. Puis d’expliquer que l’exploitation artisanale du bois est interdite par le décret n° 2013-815 du 26 novembre 2013.

« Ces trafiquants viennent pour la plupart de la zone de Grand Bassam et de Bonoua pour s’installer dans les abris précaires à l’intérieur de la forêt, avec la complicité de certaines populations qui empêchent les agents de la Sodefor dans l’exercice de leur fonction », a-t-il poursuivi. Selon lui, en effet, les différentes enquêtes sur le terrain ont permis, à lui et ses hommes, d’identifier les différents circuits utilisés par ces exploitants frauduleux. Il s’agit notamment des voies fluviales et terrestres qui partent de Domolon à Montezo pour Grand-Bassam à Bonoua en passant par le pont de Moossou.

« Cette pratique se faisant pendant la nuit, nous avons mutualisé nos forces avec les services de la gendarmerie, de la police et des douanes aux différents postes de contrôle pour mettre la main sur certains de ces trafiquants. Ces 5 scieurs appréhendés et mis à la disposition des autorités judiciaires sont passifs d’une peine d’emprisonnement d’un à cinq ans et une amande de trois à cinq millions Fcfa, selon le code forestier, dans sa loi 2014-421 du 14 juillet 2014 et dans son article 131 alinéa b », a souligné le Lieutenant Ouattara Ziepleu Lacina.

« L’exploitation artisanale du bois est récurrente dans le périmètre forestier de N’Guéchié et se pratique malheureusement avec la complicité de certaines personnes des villages riverains, notamment Domolon, sous-préfecture de Ogwlapo et d’Akouaté dans la sous-préfecture de Bingerville », a regretté le Chef de l’UGF de l’Anguédédou. Il a salué les appuis du Préfet d’Alépé et des Sous-préfets de Domolon et de Bingerville dans la réussite de cette opération.

Loin de s’enorgueillir de cette opération couronnée de succès, le premier responsable de la surveillance dans le périmètre forestier de N’Guéchié a indiqué qu’il ne baissera plus la garde, jusqu’à la neutralisation totale de la mafia à l’origine de la déforestation dans cette partie de la Côte d’Ivoire. « Désormais, nous serons l’ombre de ces scieurs clandestins dans les forêts classées qui sont sous notre contrôle », a-t-il prévenu.

Dans la foulée, il a renouvelé ses remerciements au Directeur général de la Sodefor, le Colonel Sangaré Mamadou qui, selon lui, ne ménage aucun effort pour mettre à la disposition de son unité tous les moyens, afin de réussir sa mission. « Nous avons bénéficié, de sa part, d’un drone  dans le cadre de la surveillance. Un bateau tout équipé est annoncé pour le renforcement des capacités opérationnelles de nos agents sur le flan d’eau », a reconnu le Chef de l’Unité de gestion forestière de l’Anguédédou.

Sonia Traoré

Idrissa Konate

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *