ABIDJAN-AGO :GRAVE CRISE A LA FÉDÉRATION DES PHOTOGRAPHE ET CAMERAMEN DE COTE D’IVOIRE

ABIDJAN-AGO :GRAVE CRISE A LA FÉDÉRATION DES PHOTOGRAPHE ET CAMERAMEN DE COTE D’IVOIRE

DES ACTIONS CONTRE LE PRÉSIDENT KOUASSI KONNANH GUY CLAUDE ANNONCÉES

La Fédération nationale des Associations et Syndicats des reporters photographes et cameramen professionnels de Côte d’Ivoire est de nouveau en crise. C’est que la dernière assemblée générale tenue , le  14 mai 2019 au club dandy de Yopougon (commune d’Abidjan) n’aura pas permis à ses membres de scruter l’horizon et  l’avenir dans  la même direction. Membres fondateurs et l’actuelle direction se séparent  en queue de poisson. Que réserve  l’avenir  à cette fédération ? Une grosse interrogation que ne passera pas inaperçu au représentant du ministère de l‘Artisan qui invite  à une entente entre acteurs de la photographie.

Mais que reprochent  certains membres au bureau et particulièrement au président Kouassi Konnanh Guy Claude en liberté provisoire, depuis décembre 2018. Il a été traduit par des membres devant les tribunaux pour malversation et abus de biens  sociaux. Sorti de prison il reprend les charges de la fédération en janvier 2019. Depuis, lors, ils tambourinent, les portes du ministère de l’Artisanat à travers la Chambre des Métiers de Côte d’Ivoire, dénonçant une collusion  du président et des autorités du ministère de l’Education nationale relativement  à la gestion des photos d’identité dans  les établissements scolaire et lycée. Une gestion opaque des ristournes est dénoncée par les membres de la fédération à la main du président dont l’affaire de détournement de biens est pendante devant les tribunaux ivoiriens.

Ainsi, le 14 mai 2019, à l’initiative du président Kouassi Konnanh Guy Claude, une assemblée générale ordinaire est convoquée pour plancher sur la question de la gestion des biens de la fédération. Surprise, à cette occasion, hommage sera rendu au ministère de l’éducation et autres partenaires en ignorant royalement l’ordre du jour qui annonçait le toilettage des textes et la mise en place d’un nouveau bureau. Monopolisant  la parole en sa qualité d’organisateur principal, le président annonce des tournées à l’intérieur de la côte d’Ivoire, ainsi que des dons dans des établissements scolaires. Alors qu’il était question de faire le point de la gestion de fonds déjà  mobilisés et leur repartions aux associations et organisations membres de la fédération. Il s’en est fallu de peu pour en venir aux mains avec des membres fondateurs qui choisiront la solution de claquer la porte.

Des actions sont annoncées par les autres membres en colère eu égard  à la gestion des biens de la fédération par Kouassi Konnanh Guy Claude

Comment a-t-il pu tenir les rênes de la fédération Fédération nationale des Associations et Syndicats des reporters photographes et cameramen professionnels de Côte d’Ivoire, alors qu’en liberté provisoire? Le président de la fédération  a été écroué à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan-MACA, septembre 2018 pour malversations financières et abus de biens sociaux suer plainte de certains membres fondateurs. Il sera mis en liberté provisoire en décembre 2018. A sa sortie, il indique aux autres membres avoir utilisé les fonds restant pour payer ses avocats pour sa défense et fait surprenant il exige de la Fédération le remboursement de ce fonds qu’il estime  à 40 millions de francs CFA. “Il réclame à chaque association ou syndicat la signature d’une reconnaissance de dette pour cette ardoise qu’il a fabriquée, on ne sait sur quelle base. Est-ce que la plainte était contre la fédération ? Non c’est une affaire individuelle et non collective. Donc c’est lui le président qui doit de l’argent à la fédération et il doit être poursuivit une fois encore pour cet acte d’abus de biens communs. “”, Crient des membres de la Fédérations qui ne maîtrisent plus les arcanes et autres rouages de la gestion de leur président en liberté provisoire.

Voici plus de trois ans, aucun point n’est fait sur cette manne financière que gère Kouassi Guy Claude.

Abidjan : la 26è journée internationale de la liberté de la presse

“Nous demandons au ministre de la tutelle Konaté Sidiki que nous saluons  pour son implication dans le dossier  pour le bien-être des professionnels  de l’image que nous sommes de nous conduire à la mise en place d’un bureau de transition en vu de nouvelles élections pour sauver notre Fédération. Car aujourd’hui, nous ne savons pas où Kouassi Konnanh Guy Claude  la conduit”, indiquent des membres du Synaphoci, Synpharci, du l’Unappci, de l’Assonpci, l’Appci, de l’Unphocapci ou encore du Syphoci…

C’est dire que des heures chaudes s’annoncent encore  pour les photographes et cameramen professionnels de Côte d’Ivoire.

GRACE OZHYLLY

Kadja

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *