Assassinat odieux du chantre Sylvio : les églises évangéliques de Côte d’Ivoire demandent toute la lumière sur cette affaire

Assassinat odieux du chantre Sylvio : les églises évangéliques de Côte d’Ivoire demandent toute la lumière sur cette affaire
Révérend Badey Samuel, pasteur résident de l’église évangélique ”Cité du Salut” où le chantre Sylvio a été assassiné et décapité.

28-5-2019 (femmeinfos.ci) Loin de se satisfaire de l’arrestation du meurtrier du chantre Kanga Emmanuel Sylvio, les églises évangéliques de Côte d’Ivoire souhaitent toute la clarté sur cette affaire qui jette l’effroi sur la communauté des chrétiens évangéliques de Côte d’Ivoire.

L’information a été portée à la connaissance du grand public, le mardi 28 mai 2019 au cours d’une conférence de presse animée conjointement à Cocody, par le porte-parole des églises évangéliques de Côte d’Ivoire, révérend Camille Makosso et le révérend Badey Samuel, pasteur résident de l’église évangélique ‘’Cité du Salut’’ où le crime a été perpétré dans la nuit du mercredi 22 au jeudi 23 mai 2019, dans la commune de Marcory.

Eu égard à l’horreur qui a entouré cet assassinat et les premiers aveux du criminel, le révérend Camille Makosso a invité les autorités judiciaires à tout mettre en œuvre pour que toutes les personnes impliquées dans ce crime soient neutralisées et mises hors d’état de nuire.

Il s’est offusqué de la facilité avec laquelle la tête du chantre assassiné a pu se retrouver de Marcory Sans fil à Koumassi dans l’enceinte de l’église Méga internationale de la puissance divine. Le révérend Makosso a, dans la foulée, annoncé une marche blanche des pasteurs évangéliques, au cours des prochains jours, pour dénoncer l’assassinat du chantre Sylvio qu’il qualifie de trop.

Lui emboîtant le pas, le révérend Badey Samuel a plaidé pour que les pouvoirs publics se saisissent véritablement de cette affaire et, si possible, démanteler le réseau qui se cacherait derrière ce sombre assassinat qui plus est, a eu lieu sur l’autel et la chair de son église.

Pour l’heure, et en accord avec la famille de la victime, il a indiqué attendre les résultats de l’enquête actuellement en cours, avant d’organiser les funérailles du chantre assassiné. Se réjouissant de la compassion de nombreux hommes de Dieu, tant au plan national qu’international, le pasteur Badey Samuel regrette cependant des menaces téléphoniques venant d’un groupuscule de pasteurs qui lui reprocheraient d’avoir porté l’affaire devant la justice, plutôt que d’opter pour un règlement à partir d’une médiation.

Sonia Traoré

Idrissa Konate

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *