Abidjan-professionnels de l’image:La FENAREPICI vient valoriser les  photographes

Abidjan-professionnels de l’image:La FENAREPICI vient valoriser les  photographes

faire  une grande famille

La fédération nationale des reporters  professionnels de l’image de Côte d’Ivoire-FENAREPICI, qui  a vu le  jour, le mercredi 12 juin 2019 à la Maison de la Presse d’Abidjan-Plateau en rupture  de vision avec l’ancienne fédération a fait sa première sortie devant  une centaine de membres de plusieurs associations de l’imagerie. But, présenter ses grands  objectifs et défis. C’était le mardi 23 juillet  2019 dans la commune  Yopougon, cité qui abrite  plus du millier de professionnels de l’image à Abidjan.

Exif_JPEG_420

«La première mission de la fédération sera de rassembler les photographes, les cadreurs professionnels pour en faire  une grande famille». Ainsi donc,  l’exigence de voir partir de la tête de la fédération de Kouassi Guy Claude, en mai 2019 portée par un Collectif est passée  à une étape décisive. La perception différente des visions de la mission a conduit en la mise en place d’une nouvelle fédération composée entre autres de : l’association des photographes  et cameramen émérites de Côte d’Ivoire, le syndicat des reporters professionnels de Côte d’Ivoire, le syndicat national des  photographes professionnels et cameramen de Côte d’Ivoire, l’association des  photographes de la presse sportive de Côte d’Ivoire, l’union nationale des photographes et cameramen professionnels de la Côte d’ivoire, le syndicat des professionnels de  l’image, l’association des photographes cameramen environnementale national, l’organisation des femmes reporters photographes de Côte d’Ivoire.

Les  professionnels de l’imagerie dénonçaient que l’ancienne fédération, la FENASPHOCI ne travaille pas dans le sens de l’union, de la cohésion et de la paix pour le bonheur des photographes et cameramen. «Pour nous, il est inacceptable qu’un prisonnier qui n’est été lavé de tout soupçon demeure encore président par force de grosse de la justice, à la tête d’une organisation aussi importante que la nôtre», continuent d’indiquer  certains  membres de  la nouvelle fédération.

Exif_JPEG_420

Ainsi, l’idée de la naissance d’une nouvelle fédération est devenue une réalité en Côte d’Ivoire. La présentation officielle de celle-ci aux autres professionnels, devant une centaine de responsables d’associations a permis aux fondateurs de partager la grosse ambition du Bureau sortie de l’assemblée générale  constitutive du Plateau, en juin. Ils étaient membres de la Fédération nationale des Associations et Syndicats des reporters photographes et cameramen professionnels de Côte d’Ivoire, et sont en rupture officielle avec le président de ladite structure. Une rupture constatée, depuis le 14 mai 2019, à l’assemblée générale ordinaire  de ladite fédération. Ils se sont alors regroupés au sein du Conseil National de Contrôle et de Suivi de l’Activité de Photographie de Côte d’Ivoire (Cncsaphoci) conduit par  le porte-parole, Kouadio Kouassi Armand innocent.

La fédération nationale des reporters  professionnels de l’image de Côte d’Ivoire-FENAREPICI naîtra des cendres dudit Conseil. Elle est présidée par Carl Avicachi Synprofim, du syndicat des  professionnels de l’image de Côte d’Ivoire, avec  un mandat de deux (2) ans renouvelable  une fois. Dans une liesse totale, il a présenté les objectifs et quelques projets de la Fédération aux autres membres: «La première mission de la fédération sera de rassembler les photographes, les cadreurs professionnels pour en faire  une grande famille ».

LA MISSION ET LES DEFIS DE LA FENAREPICI

«C’est pourquoi nous lançons un appel aux associations, groupements, syndicats, aux photographes et professionnels de l’image qui n’appartenant pas encore à aucune structure de regroupements professionnels d’approcher maintenant les instances de la fédération. Leur fédération sortira des sentiers battus. La fédération ambitionne de réorganiser le milieu de la photographie et les métiers associés à l’image en proie à une crise sociale sans précédent. La Côte d’Ivoire est un pays de paix, on ne peut rien obtenir sans  la paix. Ensemble commençons  une nouvelle vie associative constructive avec la FENAREPCI. Ensemble nous gagnerons la bataille d’une fédération qui fera de chacun de  nous un vrai professionnel  qui vivra de son métier et son art avec respect…» affirme le président de la FENAREPCI, Carl Avicachi Synprofim dit ‘’Focus’’.

La constitution d’un dossier technique de  1500 photographes et métiers associés dans le cadre de l’emploi jeune, pour répondre aux critères d’éligibilités de la plateforme de financement dont le gouvernement a dégagé  une enveloppe de 141 milliards de FCFA est l’une des priorités de la nouvelle Fédération. Une formation avec  le FDFP à la grande joie de professionnels de l’image en Côte d’Ivoire est annoncée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La FENAREPCI annonce la recherche de conditions de la cohésion et d’union. Mais aussi de redorer l’image du secteur du photoreporter, d’améliorer les conditions de vie des acteurs, la création de conditions favorables à l’épanouissement financer de ces  professionnels de  l’image en développant des actions sociales  par la réalisation des projets communs : laboratoires photos, acquisition et distribution de matériel photographique ; ainsi que la création de conditions favorables d’accès à l’habitat. «Le tout passe par la création d’un climat de confiance entre les membres et la FENAREPCI et avec l’Etat qui se traduira par la signature d’un accord  pour bénéficier des opportunités publiques. Ce qui nous  permettra d’aboutir  à l’installation d’une coordination interprofessionnels entre les organisations des  métiers assimilés…» indique le président Carl Avicachi Synprofim et toute son équipe qui attendent le soutien du gouvernement ivoirien.

H. MAKRE

Kadja

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *