Une femme trisomique aux élections locales françaises

Une femme trisomique aux élections locales françaises

Eléonore Laloux, atteinte du syndrome de Down, doit se présenter aux élections municipales d’Arras, dans le nord de la France.

“Je voudrais qu’Arras change, pour qu’il y ait des améliorations … principalement en ce qui concerne la propreté et le respect, mais aussi l’accessibilité” pour les personnes handicapées, a expliqué à l’AFP l’agence de presse française AFP.

“Je suis prête à réaliser ce changement”, a déclaré Laloux dans son appartement du centre-ville, les murs parsemés de photos d’elle posant avec des personnalités de la télévision.

Si sa campagne réussit, elle deviendra la première conseillère municipale du pays atteinte du syndrome de Down.

Laloux, qui vit seule, aime la mode et le cinéma et adore gratter sa guitare électrique.

Elle parle avec quelques difficultés mais se déplace avec une facilité apparente. De grandes bagues ornent ses mains bien entretenues et des lunettes multicolores à la mode encadrent son visage.

Pendant des années, Laloux s’est battue pour que les personnes atteintes du syndrome de Down et d’autres handicaps puissent vivre une vie plus heureuse et plus productive en tant que membres pleinement intégrés de la société.

“Si je devais voir Emmanuel Macron, je lui dirais:” J’ai quelque chose à vous dire – je voudrais que nous parlions un peu plus des personnes handicapées et surtout de leur inclusion “”, a-t-elle déclaré Président français.

Ce mois-ci, Sophie Cluzel, vice-ministre en charge du handicap, a exhorté les partis politiques “à faire de la place aux personnes handicapées” sur la liste de leurs candidats pour les élections locales à partir du 15 mars.

Laloux représente le parti centriste “Arras pour Vous” du maire Frédéric Leturque, qui a déclaré que “son courage et sa perspective” feraient une grande différence dans la gestion de la ville.

“Elle sera une conseillère pas comme les autres, mais elle sera une conseillère à part entière”, a-t-il récemment écrit sur Facebook.

‘Je sais ce que je veux’

“Je ne suis ni à droite ni à gauche, je suis au centre”, a expliqué Laloux à l’AFP sur ses orientations politiques.

Ses priorités ne sont pas idéologiques autant que personnelles: Laloux dit qu’elle veut «faire changer les perspectives» sur les personnes handicapées et «améliorer l’accessibilité» pour elles.

“C’est un projet qui me tient à coeur”, a expliqué la candidate à l’AFP à propos de son incursion dans le monde acharné de la politique électorale.

“Le maire me fait confiance parce qu’il sait que je suis une jeune femme déterminée qui aime la vie. Je sais ce que je veux, j’ai un tempérament fou mais je suis heureuse que Frédéric m’accepte comme je suis”, a-t-elle déclaré.

Laloux a déjà un CV impressionnant, ayant travaillé pendant 14 ans comme agent administratif dans un hôpital privé.

En plus de son travail de jour, elle est impliquée avec l’association Down Up dans sa ville natale, ainsi qu’avec le collectif ” Amis d’Eléonore ” (Les Amis d’Eleonore) créé par ses parents, dédié à aider les personnes handicapées mentales.

En 2014, elle a publié un livre intitulé Triso et alors! (Syndrome de Down et So What!) Sur les obstacles qu’elle a dû surmonter.

Laloux s’est battue longtemps et durement pour mener une vie “normale”, refusant d’être définie par son handicap.

Elle est allée dans une école ordinaire et a quitté la maison de ses parents il y a huit ans pour vivre seule.

“Je fais un peu de cuisine, je vérifie mes mails … J’aime me sentir ingénieuse”, a-t-elle déclaré.

Pendant son temps libre, elle aime mettre un DVD ou écouter Bob Dylan, Blur et Radiohead.

«Né différent»

“Nous avons toujours voulu qu’Eléonore, qui est née différemment, puisse vivre comme n’importe qui”, a expliqué son père Emmanuel Laloux, 66 ans.

“Lorsque vous voyez une personne à travers le prisme de ses incapacités … elle se comportera comme une personne handicapée. Mais si vous la voyez pour ses capacités, elle peut grandir”, a-t-il déclaré.

Emmanuel Laloux a déclaré qu’il soutenait les ambitions politiques de sa fille à condition que ses collègues “tiennent vraiment compte de ses besoins en termes d’accessibilité intellectuelle”.

Leturque a déclaré que des dispositions spéciales seraient prises pour Laloux, qui, selon lui, serait “accompagnée” dans ses fonctions par Sylvie Noclercq, conseillère d’Arras pour les questions de santé et de handicap.

Macron a organisé une conférence nationale sur le handicap ce mois-ci, annonçant que 15 000 assistants seraient embauchés au cours des deux prochaines années pour aider les enfants handicapés à aller à l’école.

Selon les statistiques gouvernementales, environ 2,7 millions de personnes – sur une population française de près de 67 millions – souffrent d’un handicap qui entraîne une forme de limitation physique.

– avec AFP

femme_infos

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *