Abidjan-le combat d’une mère élève: ”Avoir un enfant étant élève pas une fin, n’est pas une prison.Croire en ses forces»

Abidjan-le combat d’une mère élève: ”Avoir un enfant étant élève pas une fin, n’est pas une prison.Croire en ses forces»

Elle lutte pour son autonomisation. Gérante de loterie, Zézé Ange Claudia exprime les conséquences de son métier :”Les gens me volent et me brutalisent souvent mais le métier est passionnant”. Jeune élève mère, pour son repositionnement dans la vie active, elle s’engage dans la gestion d’un poste de Loterie nationale Côte-d’Ivoire. Jeu du hasard où l’on gagne ou l’on perd, qui compte beaucoup de clientèle parmi les ivoiriens certainement en manque de moyen financier beaucoup. Souvent cet acte se transforme  en une obsession pour certains ». Claudia Zézé Ange, gérante d’un poste à Yopougon Selmer révèle être confrontée à des difficultés dans l’exercice de ce métier qu’elle exerce avec passion.

Elève mère célibataire âgée de 22 ans, elle a arrêté les  études en classe de la première avec le BEPC comme diplôme d’études. Confrontée à d’énormes difficultés avec un petit garçon sous le bras, Claudia décide de lutter pour son autonomisation déjà à son jeune âge. Pour assurer son indépendance et éviter d’être un poids de plus pour ses parents avec  un enfant, elle s’est mise à la recherche du boulot. Fatiguée d’en trouver un, elle fait part de sa préoccupation à une de ses meilleures amies. Celle-ci lui propose alors la gestion de la loterie. Sans hésiter et mesurer les conséquences elle s’y engage. Claudia est gérante de Loterie depuis deux ans et elle s’en sort bien. ‘‘J’ai fait la classe de première mais à cause de la grossesse je n’ai pas pu continuer les études, mais je ne me décourage pas, c’est pour cela je me mets à fond dans ce métier pour pouvoir me prendre en charge, je m’en sors bien, mon patron me gère bien, j’aime beaucoup mon métier, il est très passionnant”, se réjouit-elle. Malgré ses charges de jeune fille mère,  Claudia Zézé Ange  ne se décourage pas. Elle fonce droit pour atteindre son objectif en économisant. Elle a même payé les répétiteurs qui lui dispensent des cours supplémentaires à domicile. ”Parce que je veux avoir mon bac pour travailler à la fonction publique et je vais y arriver, je rêve avoir ma propre maison et ma voiture”.

Même si Claudia s’en sort, la chance n’est toujours pas au rendez-vous. Elle est très souvent confrontée au risque du métier. Des clients mal intentionnés lui piquent par moment ses porte-effets et ses portables. D’autres vont jusqu’à la brutaliser parce qu’elle a mal coupé leurs tickets. ” Souvent, certains me donnent de gros billets exprès, quand je finis de leur donner la monnaies, ils reviennent encore m’encaisser, au début, je paniquais et j’avais peur des clients mais je maitrise maintenant la situation, ils ne me font plus peur, c’est moi qui suis plus sévère maintenant. C’est la rigueur, qui me fait résister ” indique la jeune battante.

Claudia Zézé Ange gagne aussi à la loterie, mais elle n’ose pas avouer ni son salaire ni les montants qu’elle gagne. Cependant, elle interpelle les jeunes filles mères : ”Avoir un enfant en milieu scolaire, étant élève n’est pas une fin de sa vie, ce n’est pas une prison. Il faut croire en ses forces. Je demande à mes camarades de tenir le coup en travaillant, surtout qu’elles n’abandonnent pas les études. Le combat nous mène à la réussite”. Conseil d’une battante, une jeune fille mère qui n’a pas abandonné de croire en la vie.

Hortense KOUAME

Kadja

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *