Littérature : l’écrivain Naminata Diabaté sur les traces de «La marche des femmes sur Grand-Bassam »

Littérature : l’écrivain Naminata Diabaté sur les traces de  «La marche des femmes sur Grand-Bassam »
Dans son livre intitulé « Naked agency : genital cursing and biopolitics in Africa » ou « La nudité résistante : la malédiction génitale et la biopolitique en Afrique » l’auteure analyse l’utilisation par les femmes africaines du pouvoir déroutant de leur nudité, contre leurs adversaires masculins lors des revendications politiques.
En effet, cette stratégie utilisée dans l’Afrique ancienne, a refait surface lors des luttes anticoloniales des années 1920 à 1960. Et depuis les années 1990, elle s’est offerte comme une arme utilisée soit pour honnir, soit pour punir les adversaires politiques masculins.
Selon Naminata Diabaté, « cette nudité insurrectionnelle collective, souvent appelée “malédiction génitale”, doit sa puissance culturelle à la croyance religieuse que les esprits résidant dans le corps des femmes peuvent être déchaînés pour causer des malheurs dans leurs cibles, y compris l’impuissance, la maladie et la mort ». Vrai ou faux, idées préconçues ou pas ? Toujours est-il que l’auteure porte à l’analyse de ce fait culturel de l’Afrique traditionnelle (les manifestations à nu en Afrique) aujourd’hui utilisée dans la sphère socio-politique.
Naminata Diabaté revient sur certains faits en Ouganda en 2015 et au Nigeria en 2002 pour montrer comment ce qui a commencé avec les femmes comme un acte de désespoir est devenu une méthode pour obtenir gain de cause.
L’auteure entend surtout souligner comment le corps, utilisé dans une manifestation à nu, a le pouvoir de susciter de l’inconfort, de l’indignation, la honte et la colère. Selon ses propres termes, ce livre qui attire l’attention sur la nudité utilisée comme arme, met en exergue le corps utilisé par la femme, comme un moyen de pression dans le cadre des confrontations asymétriques entre des partis quand le pouvoir est inégalement réparti.
Notons que ce livre publié en mars 2020 par Duke University est la récente œuvre de Naminata Diabaté. Née en Côte d’Ivoire où elle a grandi, l’auteure vit et enseigne actuellement aux États-Unis. Professeur de littérature comparée à l’université Cornell, elle a étudié le phénomène des manifestations à nu en Afrique.
Marcel Pulaski

femme_infos

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aimer [...] x