Election présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire / Le COSEF souligne les incidents dans certaines localités

Election présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire / Le COSEF souligne les incidents dans certaines localités

Le Centre coordonné d’observation de la sécurité électorale des femmes (COSEF) a animé un point-presse à Abidjan ce samedi 31 octobre 2020 pour faire le point de démarrage du scrutin présidentiel.

A cet effet, Kadi Tano, présidente de la Cosef a indiqué que dans le cadre du Projet “Bâtir une Approche Inclusive de Relance post Covid-19, de Sortie de crises et de Réformes de la Gouvernance au Sahel et en Côte d’Ivoire”, pour apporter sa contribution à la tenue d’une élection présidentielle libre, transparente inclusive et pacifique, WANEP-CI, en collaboration avec la CEDEAO et avec l’appui financier du Bureau Régional Afrique du PNUD, a déployé deux cent (200) observatrices sur le terrain.

Cette équipe, dit-elle, travaille en étroite collaboration avec les quatre cent quatre vingt (480) observateurs du projet EMAM dont 227 femmes. Pour elle, dans 94,82% des cas, la localisation des bureaux de vote observés est appropriée. Aucun cas de difficulté d’accès aux femmes enceintes, des femmes allaitantes, des personnes en situation de handicap, des personnes du 3ème âge n’a été signalé. Toutefois à Yamoussoukro, la délocalisation (prévue par le code électoral) des bureaux de vote dans les locaux de la sous-préfecture suite à des manifestations, rend difficile l’accès aux centres de vote des populations plus spécifiquement des populations vulnérables.

Elle a dit que sur l’ensemble des bureaux de vote observés, 73% (292 bureaux sur 400 ayant répondu) ont respecté l’heure d’ouverture des bureaux (8h00). Dans certaines localités telles qu’à Yamoussoukro et Daoukro, l’on a noté des menaces interdisant formellement l’ouverture des bureaux de vote et l’accès des villages aux agents de la CEI. Dans les bureaux ayant ouvert, ajoute-elle,  les procédures prévues par la loi pour l’ouverture sont respectées à 88,61%.  S’agissant des incidents qui ont émaillé ce scrutin, Mme Kadi Tano a déclaré que suite à des manifestations des populations contre la tenue du scrutin, des incidents ont été observés dans les localités suivantes : A Yamoussoukro, tous les bureaux de vote ont été délocalisés dans les locaux de la sous préfecture. Des barrages ont été érigés à certains endroits. Des jeunes armés d’armes blanches (machettes, gourdins) sèment la terreur dans le quartier Jean-Paul II. Le manque de sécurité et la peur empêchent les femmes de sortir dans le quartier Jean Paul II.

A Daoukro, l’on note une accentuation des manifestations entre les partisans du PDCI et ceux du RHDP, avec pour conséquences des bureaux de vote fermés et l’érection de barrages sur les voies. Destruction de matériel électoral. Région de la Mé : un groupe de personnes armées d’armes blanches à AGOU – Port de brassard orange avec mention sécurité. Fermetures des voies vers Alépé. A Bonoua,  que l’on note des barrages aux alentours d’un centre de vote (EPP Akpa Gnagne Ahoulou Alphonse, quartier Bronoukro) et le renvoi des électeurs.

Ben Kakou

Info : Moussa Camara

femme_infos

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *