Côte d’Ivoire : Des guides religieux musulmans s’engagent à lutter contre l’excision

Côte d’Ivoire : Des guides religieux musulmans s’engagent à lutter contre l’excision

La lutte contre l’excision va certainement connaître un bond exponentiel. Avec l’implication des guides religieux musulmans de Côte d’Ivoire. Ils ont pris la résolution de s’attaquer à cette pratique dénoncée qui a la peau dure, au terme 1ère d’un atelier organisé du 11 au 12 janvier à Grand-Bassam. Par la Fondation Djigui La Grande Espérance en collaboration avec la Fondation italienne AVSI. Un atelier organisé relativement au développement social inclusif par la lutte contre les mutilations génitales féminines dans les régions de la Côte d’Ivoire (Folon, Kabadougou, Bafing, Tonpki, Guemon, Cavally). À ce rendez-vous de lutte contre les mutilations génitales, les  guides religieux musulmans en Côte d’Ivoire se sont engagés à promouvoir l’abandon de l’excision, à l’issue de cet atelier de plaidoyer de haut niveau sur les violences faites aux femmes.

 

Ces assises ont vu la participation de représentants du Conseil supérieur des Imams, des mosquées et des Affaires islamiques en Côte d’Ivoire (COSIM) et de la Ligue islamique des prédicateurs en Côte d’Ivoire (LIPCI). En 48 heures, organisateurs et participants ont échangé autour du thème “Promotion de l’abandon des violences faites aux femmes, y compris les mutilations génitales féminines en Côte d’Ivoire”.

 

Instruits de la pertinence de la thématique, Les Imams, les prédicateurs et prédicatrices ont résolu de sensibiliser les fidèles à travers les sermons, l’animation de débats sur les médias et les réseaux sociaux, ainsi que des sessions de formation des parents sur la communication parents-enfants sur la sexualité.  Ajoutant que les mutilations génitales féminines ont des conséquences néfastes sur la santé des femmes et des petites filles. Tout comme ces guides religieux musulmans ont, dans une “déclaration d’engagement”, décidé d’organiser des sessions d’information sur ce fléau.

 

L’Imam Cissé Djiguiba, qui a participé à l’atelier a exprimé un “satisfecit ressenti” au regard de l’engagement des leaders religieux musulmans, et surtout des échanges qui ont mis un accent sur “l’élimination totale de l’excision féminine” en Côte d’Ivoire. “Tant qu’ une seule fille sera menacée dans sa chair et sa conscience”, les responsables religieux se battront pour éradiquer ce phénomène, a-t-il lancé, appelant la communauté à une synergie d’actions. Enfin, Pour Cyrille Komguep, chef de projet à AVSI, ce plan d’actions qui prend en compte des recommandations issues d’un séminaire international organisé au Caire, en Égypte, en 2018 sur la question de la population et de la santé, “est déjà un pas assez important”.

 

Marcel Pulaski

femme_infos

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *