Côte d’Ivoire-Final concours ‘’Doigts d’or’’ 2018 : le Synaproci exhorte les artisans ivoiriens à quitter l’informel

Côte d’Ivoire-Final concours ‘’Doigts d’or’’ 2018 : le Synaproci exhorte les artisans ivoiriens à quitter l’informel
Par un défilé riche en couleur, les candidats ont donné cachet spécial à la fête de la coiffure et de l’esthétique.

12-12-2018 (femmeinfos.ci) L’édition 2018 du concours de détection des jeunes talents de la coiffure et de l’esthétique, dénommé ‘’Doigts d’or’’ a tenu ses promesses le lundi 10 décembre 2018 à l’hôtel communal de Cocody.

‘’Non à l’immigration”, est le thème autour duquel 35 coiffeuses venues de plusieurs villes du pays se sont affrontées. Au terme d’une compétition très serrée, la candidate de Bouaké détentrice du N°11 a raflé le titre du Doigt d’or 2018. Initié par le Syndicat national des professionnels de la Coiffure de Côte d’Ivoire (Synaprocci), ce concours vise à promouvoir l’entrepreneuriat  et à détecter des jeunes talents de la coiffure  en Côte d’Ivoire.

«Notre pays la Côte d’Ivoire doit relever les défis du XXIe siècle qui sont le développement économique et social, l’emploi et le développement durable», a indiqué Serges Sambrin, président de la Synaprocci. Poursuivant, il ajoute que l’espoir de la coiffure et de l’esthétique résulte d’abord de l’organisation et l’entente entre tous les acteurs, par la création d’une union dynamique. «Le concours des Doigts d’or est une initiative qui vise à détecter les jeunes talents et à promouvoir l’entrepreneuriat par une prise de conscience générale» a-t-il précisé.

Représentant le Ministre Sidiki Konaté, le Directeur de cabinet, Ekissi Narcisse, a félicité le Synaproci pour l’initiative qui, selon lui, vise à valoriser l’artisanat. «L’artisanat joue un rôle très important, car il est créateur d’emplois, de richesses et contribue aussi au développement du pays», a-t-il affirmé, tout en invitant les acteurs à plus de formalisation. «Au-delà des organisations promotionnelles, il faudrait que les organisations se comprennent, s’organisent pour permettre que la jeunesse qui quitte son pays pour aller chercher un nouvel eldorado puisse être employée ici à partir des métiers qui valorisent le monde de l’artisanat», a conclu le Directeur de cabinet.

Esther Grobly Gbegnon

Idrissa Konate

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *