Fête de Noël : la Fondation Yeelen sème de la joie dans les cœurs des pensionnaires de la pouponnière de Dabou

Fête de Noël : la Fondation Yeelen sème de la joie dans les cœurs des pensionnaires de la pouponnière de Dabou

24-12-2018 (femmeinfos.ci) A la veille du réveillon de la fête de Noël, les membres de la fondation Yeelen ont semé de la joie dans les cœurs des pensionnaires de la pouponnière de Dabou. Ainsi, ils sont arrivés, avec à leur tête, la présidente Sarah K. Diarrassouba, les bras chargés de présents au sein de cet établissement spécialisé, le dimanche 23 décembre 2018. « Par ce geste, nous vous traduisons, chers enfants, notre amour  à votre égard et vous dire que vous comptez à nos yeux, surtout vous rappelez que vous n’êtes pas des oubliés. Nous nous tenons à vos côtés pour vous apporter notre aide aussi modeste soit-elle », a indiqué la présidente de la fondation.

Ce geste en nature (vivres, non-vivres, médicaments, ordinateurs, matériels médicaux, écran TV,…) et en numéraire est, selon elle, l’expression de la volonté  de la fondation à partager les idéaux de Yeelen ou la lumière en langue Bambara, c’est à dire l’espérance. « Continuons à travailler ainsi pour maintenir allumée, cette flamme qu’est Yeelen », a-t-elle exhorté, avant d’exprimer toute sa reconnaissance « aux mamans » et aux encadreurs qui, malgré leurs moyens limités, font preuve d’abnégation pour donner de la joie aux 91 pensionnaires de la pouponnière de Dabou. « Merci à tous et que Dieu nous donne la force de faire davantage, afin de semer la lumière de l’espoir dans le cœur de tous », a souligné Madame Sarah  K. Diarrassouba.

Pour la première responsable de l’établissement, Madame Ouattara Korotoumou, l’acte de la fondation Yeelen dont elle se réjouit, s’inscrit dans le cadre de l’humanisation de la société qui, selon elle, doit être une action vers laquelle tous doivent  tendre. « Elle débute par la solidarité envers les plus affectés, envers les plus diminués physiquement, socialement et intellectuellement. Car, chaque enfant qui souffre est un acte d’humanisation qui se perd », a noté la Directrice de la pouponnière de Dabou.

Puis, Madame Ouattara d’ajouter que le geste fort appréciable de la fondation vient à point nommé car, les besoins des pensionnaires sont si grands du fait des pathologies pour la plupart invalidantes qu’ils présentent. Il s’agit notamment d’infirmes moteurs cérébraux, d’autisme, psychoses infantiles divers, mutité, surdité, hydrocéphalie, microcéphalie, troubles  de l’attention et bien d’autres maux.

Fort heureusement, les enfants ont fait preuve de dépassement de soi et ont donné le meilleur d’eux-mêmes dans une ambiance festive, à travers des pas de danse bien enlevés, la lecture de poèmes et des jeux de propreté pour communier avec leurs visiteurs de la Fondation Yeelen.

Faut-il le rappeler, la fondation Yeelen s’est assignée pour missions principales, la lutte contre la pauvreté par le soutien de la promotion humaine, la préservation de l’environnement, l’encouragement de l’entrepreneuriat, la promotion de la culture, la promotion de la recherche de l’excellence en matière d’éducation et la promotion de l’équité et de l’égalité du genre. Le faisant, elle entend ainsi contribuer à l’édification d’un monde meilleur.

Sonia Traoré

Idrissa Konate

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *