Noël 2018 heureux avec les enfants d’Aboyo et Dalilié par la Fondation Marcel Aziallo

Noël 2018 heureux avec les enfants d’Aboyo et Dalilié par la Fondation Marcel Aziallo

Ce sont des dizaines d’enfants des villages d’Aboyo et de Dalilié dans  la sous-préfecture de Gnagbodougnoa, département de Gagnoa qui ont retrouvé la joie, à l’occasion de Noël 2018. La fondation Marcel Aziallo y a fait dons de  plusieurs cadeaux aux familles démunies. Une première  pour toutes ces familles qui vivaient dans le conte du père noël avec ses cadeaux surprises. «C’est vraiment  une grande surprise que nous font ces personnes bien heureuses de la fondation Marcel Aziallo. Nos enfants  ont vu le père noël et la mère noël. Ils sont heureux, nous aussi», confie une mère au terme des distributions des cadeaux aux tout-petits.

C’est par une messe d’action de grâces présidée par le Curé Alfred Kiendrébéogo que la cérémonie s’est ouverte en présence du chef Résidant du Village d’Aboyo,  Serikpa Jocelyn, du président des Jeunes Tohouri Gnagnono Paul, de la présidente des Femmes, dame Ouraga et de toute la communauté chrétienne d’Aboyo. «Nous avons organisé cette fête pour apporter la bonne nouvelle de la naissance de Jésus dans les cœurs de tous et particulièrement dans les cœurs de nos enfants qui représentent l’avenir de nos villages», souligne Dadi Gnagbo Justin pour le comité d’organisation.

«La fondation marcel a répondu à l’appel de ses frères pour mettre la joie sur le visage de nos enfants avec la distribution de cadeaux. Nous voulons leur dire qu’ils ont la même valeur à nos yeux que ceux des villes. Nous en ferons une tradition. Les cadeaux ne concernent pas que les zones urbaines, mais aussi rurales. Nous disons à nos enfants de bien travailler  à l’école  pour toujours mériter les cadeaux des parents. Ce temps a été un moment de générosité et de solidarité pour la Fondation Marcel Aziallo», note Solange Tohouri Aziallo, présidente de la Fondation. Lancée officiellement, le 26 mars 2017  à l’église catholique Saint Andreas Kagawa de Yopougon Andokoi à Abidjan 11 ans après la disparition du fondateur des cours sociaux d’Abobo et de Yopougon, la fondation Marcel Aziallo, poursuit son sacerdoce : être du côté de démunis et défavorisés, spécialement des enfants.

Avec à sa tête l’épouse de celui dont elle porte le nom, Solange Tohouri Aziallo, il est question d’institutionnaliser les actions du fondateur d’écoles au grand cœur. Actions qui font le bonheur des couches sociales les plus défavorisées. A travers la fondation AZIALLO MARCEL l’œuvre de charité est poursuivie pour lutter contre la déscolarisation, singulièrement des enfants en situation de vulnérabilité, faire la promotion de la santé de reproduction de la femme. La prise en charge médicale des personnes vulnérables. Mais aussi à redonner la joie aux enfants à l’occasion des réjouissances.

AZIALLO BRETRO MARCEL,  TEMOIN DE LA MISERE TELLE QU’ELLE SEVIT DANS DES FAMILLES

Jeune fondateur à l’époque, il s’est retrouvé face à un douloureux choix: l’argent et les relations humaines. Tant il est vrai que d’excellents élèves prédestinés à un bel avenir, ne pouvaient supporter les frais de scolarisation. Leurs parents étant démunis. Aziallo Bretro Marcel renonce alors à une part importante de ses recettes pour faire du social. Devenu  le fondateur le plus célèbre de la Côte d’Ivoire grâce à sa générosité, il se permettait  d’accorder des bourses d’étude aux déplacés de guerre de 2002 et aux handicapés visuels de L’INIPA. Soutenu dans sa générosité par son épouse cet homme qui écoutait son cœur ne savait s’arrêter dans son élan de générosité.

Après sa disparition, son épouse Solange Tohouri Aziallo, à travers la Fondation ambitionne un vaste projet de gala de bienfaisance pour des appels de fonds en direction de personnes malvoyantes. «Nous pouvons leur redonner la vue», indique-t-elle. Un grand  projet qui lui tient désormais à cœur aux cotés de la prochaine implantation d’orphelinats.

H.MAKRE

Kadja

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *