Marché Gouro le calvaire des commerçantes en temps de covid 19

Il est 10 heures ce mercredi 1er juillet 2020. Le temps est assez clément  et le marché grouille d monde.  Les badauds et la  cohorte des porteurs de bagages se disputent les couloirs. Il faut s’armer d’une bonne dose de courage pour braver cette jungle humaine.  A l’intérieur du marché,  les vendeuses ambulantes nous prennent en  chasse et réclament avec insistance que nous les prenions en image. Elles ne nous lâche pas d’un pouce.  Excédés par leur témérité, nous marquons une pause.

Tout juste le temps de prendre quelques photos. Nous sommes en pleine action dans l’antre des femmes Gouro.  Certainement habituées à la présence de la presse, elles ne mettent pas de temps pour entrer en conversation avec nous.  Nous tentons de savoir l’impact du Covid19 sur leurs activités.

A..Botti est vendeuse de piments frais,  Avocats,  et de la banane.  Son, amertume est grande en ses temps de vaches maigres. ” Je ne sais pas comment vous expliquer mes difficultés. Je n’arrive plus en m’en sortir. Les temps sont tellement durs à  tel point que  nous avons l’impression de vendre à perte” se lamente A. Botti.  La situation est pareille chez sa voisine qui apui ses propos. ” avant le covid19,  nous faisons de bonnes affaires ici dans ce marché.  Je pouvais vendre deux à trois filets d’avocats.

Aujourd’hui cela n’est pas le cas”,  soupir sa voisine paulette. Nous poursuivons nos  investigations dans les profondeurs du marché Gouro.  Le marché de vente des bananes est quasiment vide.  Seulement quelques courageuses femmes sont assises devant leurs maigres  marchandises.

” Nous n’avons pas encore de marchandises.  Les femmes qui nous livrent les marchandise éprouvent à présent des difficultés pour nous  approvisionner. Elles nous disent que suite à la pluie diluvienne,  il n’y a pas de route praticable. Cela représente une grande perte pour nous” , expliquent en chœur les femmes.

  L’ impact sur le commerce des femmes est réelle. La plupart d’entre elles ressentent les effets de cette mévente au point que certaines ont momentanément arrêtée le commerce.
Cependant,  nous avons éprouvons une profonde inquiétude à l’égard des commerçantes du marché Gouro. Les consignes telles que la distanciation sociale et le port de cache nez sont royalement ignorés. Toutes  chose qui représente un réel risque de propagation de cette terrible pandémie.
Auffo sélh Dieudonné

femme_infos

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *