Entrepreneuriat féminin: «Si vous n’exigez rien, vous n’aurez rien», Mandela Graça Machel , aux Ivoiriennes 

Entrepreneuriat féminin: «Si vous n’exigez rien, vous n’aurez rien», Mandela Graça Machel , aux Ivoiriennes 

Son Excellence Graça Machel a demandé aux Ivoiriennes « d’exiger l’application » de la loi sur la parité contenue dans la nouvelle constitution de Côte d’Ivoire. « Si vous n’exigez rien, vous n’aurez rien. C’est à vous d’établir   des stratégies pour amener vos décideurs à l’appliquer. Vous pouvez-vous inspirer des modèles de femmes des autres pays. C’est à vous de faire bouger les choses en votre faveur…», s’est-elle exprimé répondant à une question d’une interlocutrice sur ce sujet.   

Pour l’invitée de la 22ème série de conférences des personnalités organisées par l’Institut africain de développement et la première conférence dédiée à l’institut Kofi Annan, s’est prononcé sur le thème : Eduquer la jeune fille, autonomiser les femmes et renforcer l’entreprenariat féminin en Afrique. C’était le vendredi 16 novembre, à l’auditorium de la Banque africaine de développement.

Pour la veuve de Nelson Mandela, «investir dans l’éducation de la jeune fille n’est pas une option. C’est un impératif. C’est une obligation nationale… Exigez à nos gouvernants de faire leur devoir d’éducation», a-t-elle souligné. Parce que les femmes représentent la moitié de la population et de même qu’un avion ne peut s’envoler avec une seule aile, le continent ne peut pas évoluer tant que la femme n’a pas atteint le niveau d’instruction que les hommes. Elle est revenue sur diverses préjudices causés aux femmes : 38% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans en Afrique subsaharienne, selon l’Unicef 49 millions de filles ne sont pas scolarisées… « Ainsi nous détruisons la moitié du potentiel de développement de notre population », a-t-elle déploré.

Son Excellence Graça Machel a surtout insisté sur la nutrition des enfants de 0 à 5 ans. Dans son exposé, elle a démontré que les enfants malnutris ne seront pas à mesure de déployer toutes ses facultés intellectuelles : «Nous devons investir dans la nutrition depuis la femme enceinte afin de réduire le taux de mortalités en couche… La négligence des enfants africains est criminel… Le cerveau des enfants malnutris est rétréci par rapport aux enfants biens nourris. Les enfants en retard de croissance sont évalués  à plus de la moitié,  60% des enfants ont un développement cognitif et physique en retard. Cela signifie que notre continent sera en retard dans les 40, voir 50 années à venir… Investir dans la nutrition des enfants est plus que capital pour le continent », a-t-elle insisté.

MARIE OLYMPE KOFFI    

Kadja

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *