Côte d’Ivoire : Le député Gagnoa sous-préfecture Gagnoa Pr Guikahué a  célébré la  2ème  édition de “MKG, Noël pour tous”

Côte d’Ivoire : Le député Gagnoa sous-préfecture Gagnoa Pr Guikahué a  célébré la  2ème  édition de “MKG, Noël pour tous”

A Niahirihio, village du canton Paccolo, a abrité le lancement de la  2ème  édition de “MKG, Noël pour tous”, après la 1ère  édition organisée en 2017 dans le canton Niabré. A cette édition et la caravane qui s’en suit, le député Guikahué a livré aux chefs et aux populations (ses mandants) quelques nouvelles relatives à son travail de parlementaire.

«Au cours de la session 2018 qui va s’achever la semaine prochaine par le vote du budget de l’année 2019, nous avons voté des lois importantes pour le développement social de notre pays. Comme je l’ai fait pendant les dernières vacances parlementaires, je poursuivrai les rencontres avec vous mes mandants. Mais contrairement à l’année dernière où je vous avais conviés à Gagnoa, cette année, je ferai au mois de février et mars 2019, des rencontres dans chaque canton, aux lieux que m’indiqueront les chefs de canton pour échanger avec vous», a-t-il dit. Le député Guikahué a fait don de 3 tonnes de ciment et 150 feuilles de tôle au village pour la réhabilitation de l’école et l’achèvement des travaux de certaines salles de classe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avant cette intervention du député, Dano Ouraga Norbert, chef du village de Niahirihio, a salué et félicité Guikahué, “fils” du village. « Nous lui avons demandé de se présenter comme candidat à la députation. On l’a élu. Ensuite, il nous a présenté quelqu’un au Conseil régional. Nous avons voté ce candidat, je tiens à le dire parce qu’il y a eu des interprétations. On ne peut pas voter quelqu’un qu’on ne veut pas. Le candidat présenté par Guikahué a été voté par nous. Donc, Niahirihio a “voté” Guikahué. On a toujours respecté ce qu’il demande. Quand il demande à ses parents que nous sommes, nous suivons. Aujourd’hui et demain, nous le suivons. Celui que nous avons et que nous suivons aujourd’hui en Côte d’Ivoire, c’est Kakou Guikahué. Il ne faut pas qu’on se trompe. Il y a des politiciens et il y a des hommes politiques. Lui, c’est un homme politique chevronné. Aujourd’hui comme hier, il est présent, il tient toujours le bâton, il faut qu’on le suive…» a-t-il indiqué. Guikahué, n’a pas manqué de remercier ses parents pour l’avoir «honoré en votant pour M. Bodi Théodore, le candidat qu’il leur avait présenté, lors des élections au conseil régional du 13 octobre 2018. «Il n’a pas pu être élu, nous privant ainsi de dérouler le grand programme de développement routier que nous avions prévu, mais ce n’est que partie remise, la prochaine fois, sera probablement la meilleure».

«Notre pays a déjà connu huit (8) lois d’amnistie QUE le Président emboîte le pas à ses prédécesseurs pour une amnistie des faits », Guikahué, depuis Gagnoa. Notre pays a déjà connu huit (8) lois d’amnistie. C’est pourquoi, le Groupe parlementaire a souhaité que le Président de la République emboîte le pas à ses prédécesseurs pour une amnistie des faits »,  a déclaré le président du groupe parlementaire Pdci Pr Maurice Kakou Guikahué, jeudi 20 décembre 2018 à Gagnoa.

Noel 2018 à Gagnoa avec le député Guikahué

«Je voudrais vous expliquer pourquoi, le Groupe parlementaire Pdci-Rda, s’est abstenu lors du vote de la loi de ratification de l’Ordonnance portant amnistie du 6 Aout 2018. Suite à la crise post-électorale que notre pays a connu en 2010-2011 et qui a occasionné des emprisonnements, le chef de l’Etat Alassane Ouattara, dans le cadre de la décrispation de la situation et de la réconciliation, a pris une ordonnance le 6 aout 2018, pour amnistier 800 personnes. Nous avons vivement applaudi cette décision qui a mis du baume au cœur de nombreux ivoiriens et ivoiriennes. Cependant, cette ordonnance n’a pas pris en compte tout le monde et particulièrement les militaires. Le Groupe parlementaire Pdci-Rda a donc demandé que le pardon soit total et que le Président de la République introduise une loi d’amnistie des faits de la crise postélectorale de 2010, comme cela a été fait dans l’histoire de notre pays, chaque fois que des situations similaires sont survenues, afin d’effacer cet épisode», a clarifié le député de la circonscription de Dougroupalégnoa, Doukouyo, Gagnoa sous-préfecture, Gnagbodougnoa et Sérihio,

Avec Sercom PDCI

Ph : VICTORINE SOKO

 

Kadja

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *